Le Secret des Bois-Noirs



Titre du roman : Le Secret des Bois-Noirs
Genre : Fantastique
Public visé : 8 ans et plus
Nombre de signes : 190 000 sec
Genèse du roman : Le Secret des Bois-Noirs et moi : une longue histoire et de l'émotion





Résumé :


Sophie est malheureuse : Mamélie, sa grand-mère, est en train de mourir. Toute la famille est triste mais personne ne peut rien y faire... Vraiment rien ? Non, il doit forcément exister un moyen de la sauver ! D’ailleurs, la jeune fille a sa petite idée sur la question : à l’hôpital, Mamélie lui a confié un secret. Elle a parlé d’un trésor caché dans la maison des Bois-Noirs… C’est sûr, il va pouvoir la guérir !
Avec l’aide de ses cousins, Sophie se lance dans une course contre la montre, au cœur du domaine familial hanté par l’histoire et le souvenir de ses ancêtres...
La chasse au trésor peut commencer !

Vous voulez une visite guidée de la vraie maison des Bois-Noirs ? C'est par ici : http://lesmotsdaelys.blogspot.fr/2014/10/visite-guidee-des-bois-noirs.html


Extrait : 

Tu crois qu’elle va mourir ? demande Titoune.
La fillette, une petite brune avec des cheveux en bataille et une bouille de chipie, serre les poings avec anxiété dans les poches de son manteau rouge trop grand pour elle.
Maman dit qu’elle est juste malade, répond Lilas, sa grande sœur. Qu’elle peut guérir.
Elle aussi est brune, comme tout le reste de la famille ; mais ses longs cheveux sont ramenés en chignon, et son visage pâle surplombe une silhouette élancée qui donne l’impression de pouvoir se briser à tout moment. Mathilde, la plus raisonnable des cousines, secoue doucement sa tête ronde parsemée de taches de rousseur :
Mes parents pensent que Mamélie ne reviendra jamais à la maison. Même si elle guérit, elle ira dans un immeuble avec d’autres malades.
Mais pourquoi elle serait avec des malades si elle guérit ?
Titoune a raison, tranche Sophie, sortant un nez retroussé de son roman avec un regard autoritaire. Ça n’a pas de sens. De toute façon, Papa et Maman vont m’emmener la voir à l’hôpital demain, je lui demanderai.
Mathilde soupire :
Oh, tu as de la chance… Moi, mes parents ne veulent pas que j’y aille. Ils disent que je suis trop petite.
Mais on a le même âge !
Qu’est-ce que tu veux, les parents…
D’un coup, les quatre filles retrouvent le sourire et terminent la phrase en chœur, un doigt levé vers le ciel :
 … sont bien trop vieux pour nous comprendre !
Elles éclatent de rire, puis s’attrapent par les bras pour rentrer, quatre petites têtes brunes au milieu des Bois-Noirs. Sophie se serre contre ses cousines pour traverser le bois qui mène à la maison de leur grand-mère : les grands sapins aux épines sombres la font toujours frissonner, surtout quand la brume s’installe entre les cimes des arbres et donne l’impression de tout écraser. À certains moments, elle est persuadée d’entendre les grandes feuilles des érables frémir alors qu’il n’y a pas de vent, comme si elles chuchotaient dans son dos. Et, même quand le petit groupe quitte le chemin, apercevant entre les arbres la grande bâtisse de pierre sombre recouverte de vigne orangée dont le toit rouge brique illumine un peu le paysage effrayant, elle a du mal à surmonter son malaise. La maison est trop grande, trop imposante, et avec les racines de lierre qui courent sur sa façade elle donne l’impression d’être hantée. Surtout la nuit, quand les chauves-souris volent autour de la cheminée. Pour se donner contenance, elle se concentre sur le beau pourpre des feuilles mortes qui tapissent le sol.
C’est le pont d’un bateau pirate, on part à l’aventure pour trouver un trésor fabuleux sur une île déserte…

Hé, Sophie, tu rêves ?

2 commentaires:

  1. Joli sujet ! Ca donne envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! (Et bienvenue par ici, au passage ;) )

      Je dois avouer que c'est un roman qui me tient à coeur, car il se passe dans un lieu qui existe réellement, où j'ai vécu des tas d'aventures avec mes propres cousins. J'ai hâte de pouvoir en dire plus !

      Supprimer