vendredi 27 septembre 2013

Les pitch, ces petites bêtes qui nous prennent la tête

Bonjour à tous !

Que vous soyez auteur aspirant, lecteur ou auteur confirmé, vous avez forcément besoin de pitcher un roman de temps en temps. Cela peut-être le vôtre - pour le vendre à un éditeur ou un lecteur - ou bien celui de quelqu'un d'autre - que vous avez envie de partager pour donner envie de le lire. Seulement voilà : résumer en quelques phrases un roman de plusieurs centaines de pages, tout en restant accrocheur et dynamique, c'est un sacré casse-tête, et on perd souvent nos interlocuteurs en chemin.

Aujourd'hui, j'ai envie de partager avec vous ma modeste expérience d'éditrice et d'auteure, pour vous donner quelques conseils pour vous dépatouiller de cette vilaine bestiole. Comme toujours, je ne prétends pas connaître la vérité, il s'agit juste de quelques trucs qui fonctionnent chez moi et qui, peut-être, vous seront utiles aussi.

1) Donnez vous maximum trois phrases.
Deux, c'est encore mieux. Au-delà, vous risquez de commencer à vous perdre dans des détails du contexte ou de l'intrigue qui sont trop compliqués à résumer sans rentrer dans les détails, et qui rendront votre pitch moins clair s'ils ne sont pas expliqués.

2) Posez-vous la question : pourquoi ai-je écrit / aimé cette histoire ?
Il peut bien sûr y avoir de nombreuses réponses mais, bien souvent, il y en a une qui vient tout de suite à l'esprit, une plus importante que les autres. Cela peut-être, par exemple, "parce que l'amour y est considérée comme une maladie qui doit être guérie", "parce qu'une jeune fille doit lutter jusqu'à la mort pour amuser une société du spectacle", "parce qu'un garçon à qui rien ne sourit découvre une fabuleuse école de magie dans laquelle il est spécial", ... Vous voyez le topo : une idée principale, phare, qui reprend le thème global du roman, même si c'est très réducteur quand on a adoré toutes les nuances du récit.

3) Présentez trois éléments : personnage principal, particularité du contexte (s'il y en a une), enjeu principal
Avec ces trois éléments, on peut facilement se faire une idée de là où on va mettre les pieds. 
Exemple : Machine, une jeune fille mal dans sa peau, traverse le Londres de l'époque Victorienne pour retrouver son père disparu.
=> On sait qu'on est dans la littérature jeunesse ou YA vu que l'héroïne est jeune (du moins, il y a de fortes chances que ce soit le cas), on sait où et à quelle époque l'histoire se déroule (donc on peut visualiser beaucoup plus vite l'ambiance du roman), on sait ce qui la motive (une quête de son histoire familiale).

4) Ajoutez l'opposition qui va forcer le héros à changer, ainsi que la résolution de la quête
Cela donnera une bonne idée de la courbe que votre héros aura au cours du roman.
Exemple : Machine va transpercer le voile du temps et découvrir toute son ascendance. Ce n'est qu'au terme d'une longue quête d'elle-même, au cours de laquelle elle sera forcée de s'accepter, qu'elle retrouvera enfin l'homme qui lui a donné la vie.
Certes, c'est sans doute très réducteur par rapport à la complexité de l'intrigue, mais cela a le mérite d'être clair et d'aller droit au but. Après, si l'interlocuteur se montre intéressé, rien ne vous empêche d'en dire un peu plus. Mais le pitch en lui-même vise à attirer l'attention pour donner envie d'en savoir un peu plus, that's all. 

5) N'ayez pas peur des clichés
Dans un pitch, les clichés permettent de se représenter les choses avec peu de mots. Je ne dis pas qu'il faut en rajouter, ni caricaturer à l'excès, ce qui pourrait avoir l'effet contraire à celui désiré. Mais il ne faut pas les éviter à tout prix non plus.
Par exemple, si on reprend la fabuleuse vie de Machine, pas besoin de préciser qu'en fait, son père n'est pas tout à fait son père, et c'est ça qui différencie cette histoire des autres, parce qu'en fait, il a les cheveux rouges, et en fait, Machine va se rendre compte que c'est une fausse couleur, et... Bref, je caricature bien sûr, mais vous voyez le topo : c'est quand on se lance dans ce genre de détails qu'on se perd en route. Et notre interlocuteur avec.

En somme, si on reprend mon exemple, on a :
Machine, une jeune fille mal dans sa peau, traverse le Londres de l'époque Victorienne pour retrouver son père disparu. Machine va transpercer le voile du temps et découvrir toute son ascendance. Ce n'est qu'au terme d'une longue quête d'elle-même, au cours de laquelle elle sera forcée de s'accepter, qu'elle retrouvera enfin l'homme qui lui a donné la vie.
Trois phrases, pas une de plus. Certes, ça ne casse pas trois pattes et un canard, mais on sait l'essentiel : c'est pour les jeunes, c'est une quête à la fois personnelle et familiale, et on va avoir un voyage dans le temps, sans doute à Londres. Assez pour se faire une idée et savoir si on en veut plus ou non.

Je ne dis pas que ça marche à tous les coups, pour tous les auteurs et tous les romans : je le répète, ce sont des petits trucs qu'on peut essayer d'appliquer quand on coince, pas des règles infaillibles (si seulement...).

J'espère que ça sera utile à certains ! Et n'hésitez pas à partager vos propres trucs dans les commentaires :)

10 commentaires:

  1. C'est la première fois que je lis un article dédié aux pitchs, je trouve ton idée géniale tant les pitchs sont essentiels quand on rencontre un éditeur en vrai… Un beau billet en tout cas, bravo ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu trouves mes petits trucs utiles ! ;)
      Et puis, on peut aussi se servir du pitch pour allécher l'éditeur à qui on soumet le projet par mail, lui en parler l'air de rien quand il refuse un autre projet après hésitations, allécher le lecteur une fois le roman publié, etc... bref, le pitch intervient toujours à un moment ou à un autre de la vie du roman -_-

      Supprimer
  2. Très chouette article, la Miss, et bien utile à avoir sous la main ! Et hop ! dans les favoris!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thanks dear ! J'ai pensé à toi en l'écrivant, j'avoue ^^

      Supprimer
    2. Tu connais ma faiblesse en ce domaine :)

      Supprimer
    3. Du tout dear, je sais juste que tu en as un à rédiger très vite, n'est-ce pas ? ^^

      Supprimer
  3. C'est clair, merci pour cet article ! Les pitchs sont vraiment compliqués à rédiger et pourtant sans eux, impossible de présenter rapidement un projet sans se perdre dans les détails et oublier d'aller à l'essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis ! Et ce fut un plaisir, si ma petite expérience peut aider un peu, c'est tout bénef :)

      Supprimer
  4. Merci beaucoup pour ces conseils, je ne sais jamais vraiment comment ni par quoi attaquer mes explications :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir, j'espère que ça t'aidera !

      Supprimer